Sorry...
logo
logo

Tag : Femme

10 Juin 2014
Man, Smile, B&W, Japan, Série Noire

Série Noire

Série Noire ou le Noir et Blanc à l’honneur.

Portrait, Homme, Noir et blanc, Série NoireJe trouve que je ne fais pas assez de Noir et Blanc. Du vrai, du Noir, du Blanc et toute la gamme des Gris (et pas que cette gamme là…). Cette Série Noire, c’est le reflet des portraits que je fais, travaillés pour la densité qu’exige le Noir et Blanc.

Je voulais faire une série, homogène, dense, ténébreuse, charbonneuse. Pour peu que l’on s’y attarde, trouvé l’éclat que la personne a, derrière cet océan de sombre. Etre touché par la richesse des émotions que certaines personnes sont à même de laisser passer.

Le titre de ce portfolio fait référence à la Série noire du même nom.

En souhaitant que ces photographies vous interrogent, vous touchent.

Une publication dans le magazine L’Oeil de la Photographie, dans le site Upsocl, une autre dans Portrait ou Paysage

En 1948, Marcel Duhamel écrivit ce qui restera longtemps « le manifeste de la « Série noire » ». Après plus de soixante ans, ce texte reste d’une rare actualité.

Que le lecteur non prévenu se méfie : les volumes de la « Série noire » ne peuvent pas sans danger être mis entre toutes les mains(…). L’optimiste systématique non plus (…). Comme dans les bons films, les états d’âmes se traduisent par des gestes, et les lecteurs friands de littérature introspective devront se livrer à la gymnastique inverse. Il y a aussi de l’amour — préférablement bestial — de la passion désordonnée, de la haine sans merci, tous les sentiments qui, dans une société policée, ne sont censés avoir cours que tout à fait exceptionnellement, mais qui sont parfois exprimés dans une langue fort peu académique mais où domine toujours, rose ou noir, l’humour.

À l’amateur de sensations fortes, je conseille donc vivement la réconfortante lecture de ces ouvrages, dût-il me traîner dans la boue après coup. En choisissant au hasard, il tombera vraisemblablement sur une nuit blanche.

 

16 Déc 2013

Lampang la cité paisible

Lampang une ville charmante.

Old Lady in LampangLampang (นครลำปาง) se trouve à une centaine de km au sud-est de Chiang Mai.

Une rivière  traverse la ville, bordée de maisons anciennes en bois qui donnent un caractère agréable et humain à cette ville du Nord. Les Thaïs la considèrent comme une des plus agréables du pays, épargnée par le tourisme de masse. D’une autre époque, Lampang  donne l’impression que les gens sont en harmonie avec les lieux et l’atmosphère.

Lampang fut une cité importante du royaume de Lanna.

De nombreux temples sont du style birman, notamment le Wat Sri Bunrueang et le Wat Pa Fang.

Le Wat Phra That Lampang Luang, situé sur le site de la vieille ville, est au contraire dans le style traditionnel du Lanna. Ses fresques du XIXe siècle sont renommées et son portail se trouve sur le sceau de la province.

Le Wat Phra Kaeo Don Tao, sur la rive orientale de la Wang, aurait abrité le Bouddha d’Émeraude entre 1436 et 1468. Le Wat Phra That Chedi Sao (Temple des vingt chedis) est connu pour ses rangées de 20 stûpâs. Le Wat Prathat Jom Ping et le Wat Lai Hin, situés dans le district de Koh Ka, sont également renommés.

 

15 Sep 2013

SknArt Artist

SknArt Artist en fashion victim

 

Like a starSknArt Artist, en Fashion Victim, c’est un défi parti d’un fou rire. Le sien, le nôtre, l’idée de montrer que la personne qui est au service des modèles est bien plus qu’une maquilleuse reconnue. Un modèle, de celles qui ont la simplicité, la bonne humeur ancrées, qui savent se jouer des apparences, et qui comprennent que se faire photographier, c’est un plaisir, et un boulot des deux côtés, autant pour le modèle que pour le photographe. Une Femme qui donne envie de faire des projets, une série maillot, parce que ce n’est pas forcément elle, et que ce n’est pas mon style habituel aussi. Beaucoup de plaisir à faire cette série dans des conditions difficiles 🙂

Une série bien plus naturelle, est prévue.

 

19 Août 2013

Aline Tartine version Les Deschiens

Aline Tartine, en mode « Les Deschiens »

HobbyUne série réalisée avec Aline Tartine, sur la condition de la Femme, inspirée par la série Les Deschiens que je suivais avec plaisir il y a 20 ans. L’idée au delà de l’apparence vestimentaire, était de montrer le rôle ingrat de la Femme, à la fois cuisinière, Femme d’intérieur, et Femme tout court, son apparent bien être, son désarroi, et ses rêves… Pour ceux qui ne connaîtraient pas la série Les Deschiens, un bref résumé. Cette série télévisée française créée par Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff a été diffusée à partir de 1993 sur Canal+. J’adorais les sketchs courts, toute une galerie de personnages farfelus. Des recettes de cuisine, un radio-crochet, des cours de langue, une télé-boutique, des petites annonces (3615 Code Qui n’en veut, 3615 Code J’attaque, 3615 Code Nos Anciens), la promotion d’un produit miracle aux multiples usages, tout y passe… François Morelet, Yolande Moreau y incarnaient une famille de fromagers, la fromagerie Morel. Les Deschiens ont un style très personnel, reconnaissable entre tout. Décor minimaliste, costumes kitsch, dialogues absurdes autant par le phrasé que par la cocasserie de la situation du quotidien de personnages, le tout avec un accent des régions de la Normandie, Nord-Pas-de-Calais, Belgique. Les Deschiens n’ont pour autant pas fait l’unanimité, beaucoup y voyer une parodie grinçante de la France rurale. Moi c’est leur tête ahurie, le bruit du rideau de fer qui s’abat qui reste, et derrière tout ça, l’idée que le grotesque d’une situation peut faire passer des messages. Un grand merci à Aline 🙂

15 Juil 2013

Neko Lily à l’Abbaye

Neko Lily en Urbex

Neko Lily à l'abbayeOn retrouve Neko Lily pour une deuxième séance réalisée dans le cadre de l’abbaye, un lieu splendide que j’ai eu l’occasion de vous présenter dans la catégorie Urbex. Des images traitées en HDR, pour le relief, c’était ma période, pour donner un côté bande dessinée également. Neko Lily, comme je l’ai rencontrée au premier jour, avec une garde-robe incroyable, colorée et vivifiante, loin du conformisme habituel.

09 Juil 2013

Nus Flottants, un délicat équilibre

Les Nus Flottants ou l’élévation du corps.

Nu FlottantNus Flottants, c’est une nouvelle série qui est entrain de naître. Une idée simple, à la base, une base sous-estimée, combiner les poses longues que je réalise depuis pas mal de temps en paysage, et le Nu. Donner une idée d’impossible équilibre, de verticalité, d’apesanteur, de sérénité, sur une étendue d’eau.

Je travaille ce projet de Nus Flottants, les difficultés techniques sont bien présentes, mais je ne suis plus trop éloigné de l’idée que je m’en fais… Il a suffi de remettre les choses à plat, et l’idée première a pu être approchée. Un grand merci aux modèles qui m’aident dans cette démarche. Une série à suivre, juste parce que j’y crois, que je compléterai au fur et à mesure…

Vous pouvez me faire un retour ou simplement poser votre candidature 😉

 

 

07 Juil 2013

Nus ou Nudes

Le Nu, un sujet dépouillé…

Grains de peauLe Nu, c’est traiter un sujet, somme toute dépouillé, en étant particulièrement attentif. J’ai regardé la définition, non pas que je connaisse pas le terme, mais pour voir ce qui se rapprochait le plus de ma façon de concevoir ce domaine de la photographie.

Nu: Qui n’a pas de vêtements, qui est dévêtu. Qui est dans le dénuement. Sans enveloppe, couverture ou ornement habituels. Dépouillé. Qui est sans fard, sans déguisement…

C’est amusant, il n’y a pas de mots « choquants », pas d’attitudes provocatrices. Le Nu n’est pas associé à la sexualité, à l’érotisme ou autres noms d’oiseaux et ne prête pas à ambiguïté. Pourtant ce n’est, hélas pas, l’image que l’on associe quand on parle de photographie.

Pour moi le Nu, c’est une sculpture, une peinture, c’est une courbe qui se rajoute à un paysage, et ce n’est ne pas forcement montrer. En tout cas cela reste pudique, ce n’est pas une exhibition sans but.

25 Juin 2013

Ancien temps

Le charme de l’Ancien Temps… Old Times

Samuel BastienIl était une fois… Un ancien temps, un temps où les Hommes et les Femmes avaient une classe, une prestance pour les actes simples de la Vie.

J’ai eu l’occasion de rencontrer et de photographier, quelques uns de ces personnages.  Ils ont en commun, un style à part, qui force le respect. Je ne peux les regarder sans y voir une fragilité derrière le masque hautain de leur noblesse, mais parfois aussi une force et une détermination qui me troublent. J’avoue ne pas savoir comment analyser les sentiments contradictoires que je ressens. Les mots me manquent, s’entrechoquent. Froideur, bienveillance, classe, élégance, gêne… Je suis sûr, qu’à bien y regarder, j’en trouverais bien d’autres.

Cette série n’est que la suite, ou le début d’un travail amorcé depuis pas mal de temps, les différents personnages intégreront petit à petit cet galerie d’un ancien temps.

Et un jour une Femme

15 Juin 2013
Femme, Noir et Blanc

B comme Book ou Before

Book: Avant c’était avant…

Book StéphanieBook, ou Before, c’est ce que je faisais avant 2010. Pour alimenter Book, il a fallu que je réalise un exploit, aller au devant des personnes, essentiellement des Femmes, et leur expliquer que je voulais juste les prendre en photo. Une drôle d’idée, dans quel but? J’étais bien heureux de pouvoir grâce à leur bonne volonté, m’attaquer au portrait, après le paysage. Du simple portrait, je suis petit à petit, passer à mes idées, mes envies. Toutes ces rencontres sont le fruit du hasard, elles sont spontanées et  c’est grâce à elles que je peux aujourd’hui m’amuser dans mes projets.

Réaliser un book aujourd’hui, c’est pour moi le moyen de faire passer au premier plan, un thème, une idée que j’ai en tête depuis un moment, c’est tenter de faire une belle photo avant de mettre en avant uniquement la personne. Une évolution difficile, ouverte par ailleurs, si la proposition est à mon sens, intéressante.

Un grand Merci.

 

 

 

04 Juin 2013

Kyoto, une ville d’histoire

Kyoto, la cohabitation du passé et du présent.

Visiter Kyoto (京都, Kyoto),  c’est photographier une ville chargée d’Histoire. Kinkaju-ji, Ginkakuji, Nijojo… Mais aussi une ville moderne, avec sa gare, sa tour… Un petite visite de cette ville s’impose 🙂

Kinkaju-ji, pavillon d’or

Kinkaku-ji KyotoKinkajuji, (金 阁 寺, Pavillon d’Or) est  un temple zen, dont les deux derniers étages sont recouverts entièrement de feuilles d’or. Deux photos pour ce temple, comme cela vous connaîtrez la partie arrière bien moins photographiée également… Officiellement connu sous le nom Rokuonji, le temple était la villa de retraite du shogun Ashikaga Yoshimitsu. Kinkakuji a servi de modèle pour le Ginkakuji (Pavillon d’argent), construit par le petit-fils de Yoshimitsu, de l’autre côté de la ville quelques décennies plus tard.

 Le château Nijo

Le château Nijo (二条 城, Nijojo), a été utilisé comme un palais impérial pendant un certain temps avant d’être remis à la ville et ouvert au public comme un site historique, il a été désigné site du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1994. Divisé en trois zones,  le Honmaru (cercle principal de la défense), les Ninomaru (cercle de défense secondaire) et des jardins qui entourent le Honmaru et Ninomaru. Le parc du château et le Honmaru sont entourés de murs en pierres et des fossés. C’est eux que j’ai mis en avant, ainsi que le jardin..

Kyoto Nijo-jo Sunset

Ginkakuji, pavillon d’argent

Kyoto Garden Ginkakuji

Ginkakuji (银 阁 寺, Pavillon d’argent) est un temple Zen à l’est de Kyoto.

Ginkakuji se compose du Pavillon d’Argent, une demi-douzaine d’autres bâtiments du temple, d’un magnifique jardin de mousse et un jardin incroyable de sable sec.

Malgré son nom, le Pavillon d’argent n’a jamais été couvert en argent, contrairement au Pavillon d’or. Un grand jardin méticuleusement entretenu de sable sec, connu sous le nom « Sea of ​​Silver Sand », avec un cône de sable, parfait, dont on peut se demander comment il résiste, « Moon Viewing Platform ». A travers le jardin de mousse de Ginkakuji, des bassins, des îles et des ponts, de petits ruisseaux et de plantes diverses, c’est la perfection du détail qui s’affiche.

Au fil des siècles, Kyoto a été détruit par de nombreuses guerres et les incendies, mais en raison de sa valeur historique, la ville a été retiré de la liste des villes cibles de la bombe atomique et épargnée par les bombardements pendant la Seconde Guerre mondiale. Kyoto a été la capitale du Japon et la résidence de l’empereur de 794 jusqu’en 1868. C’est la septième plus grande ville du pays avec une population de 1,4 millions de personnes et offre une modernité déroutante en même temps.