Sorry...
logo
logo

Tag : Graphylight

22 Déc 2015
13 Nov 2015
25 Juil 2015

Page with Slideshow Background

Atque haec coniunctio confusioque.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Quodsi vultum tibi, si incessum fingeres, quo gravior viderere, non esses tui similis; Ego vero isti, inquam, permitto. Necesseque est, si quis sibi ipsi inimicus est, eum quae bona sunt mala putare, bona contra quae mala, et quae appetenda fugere, quae fugienda appetere, quae sine dubio vitae est eversio. Duo Reges: constructio interrete. Et hanc quidem primam exigam a te operam, ut audias me quae a te dicta sunt refellentem. Graece ergo praetor Athenis, id quod maluisti, te, cum ad me accedis, saluto: chaere, inquam, Tite! lictores, turma omnis chorusque: chaere, Tite! hinc hostis mi Albucius, hinc inimicus.

Quonam, inquit, modo? Quid enim est tam repugnans quam eundem dicere, quod honestum sit, solum id bonum esse, qui dicat appetitionem rerum ad vivendum accommodatarum natura profectam? Vos autem cum perspicuis dubia debeatis illustrare, dubiis perspicua conamini tollere. In enumerandis autem corporis commodis si quis praetermissam a nobis voluptatem putabit, in aliud tempus ea quaestio differatur. At hoc in eo M. Quod non faceret, si in voluptate summum bonum poneret.

Aliter enim nosmet ipsos nosse non possumus.

Sic exclusis sententiis reliquorum cum praeterea nulla esse possit, haec antiquorum valeat necesse est. Itaque multi, cum in potestate essent hostium aut tyrannorum, multi in custodia, multi in exillo dolorem suum doctrinae studiis levaverunt. Non enim actionis aut officii ratio impellit ad ea, quae secundum naturam sunt, petenda, sed ab iis et appetitio et actio commovetur. Sunt enim quasi prima elementa naturae, quibus ubertas orationis adhiberi vix potest, nec equidem eam cogito consectari. Adsint etiam formosi pueri, qui ministrent, respondeat his vestis, argentum, Corinthium, locus ipse, aedificium-hos ergo asotos bene quidem vivere aut beate numquam dixerim. Non est enim vitium in oratione solum, sed etiam in moribus. Praeteritis, inquit, gaudeo. Nam bonum ex quo appellatum sit, nescio, praepositum ex eo credo, quod praeponatur aliis. Praeclare enim Epicurus his paene verbis: Eadem, inquit, scientia confirmavit animum, ne quod aut sempiternum aut diuturnum timeret malum, quae perspexit in hoc ipso vitae spatio amicitiae praesidium esse firmissimum. Semovenda est igitur voluptas, non solum ut recta sequamini, sed etiam ut loqui deceat frugaliter. Quo modo autem philosophus loquitur? Tibi hoc incredibile, quod beatissimum. Quid affers, cur Thorius, cur Caius Postumius, cur omnium horum magister, Orata, non iucundissime vixerit? Hic ego: Pomponius quidem, inquam, noster iocari videtur, et fortasse suo iure. Quod vestri non item.

  • Omnium enim rerum principia parva sunt, sed suis progressionibus usa augentur nec sine causa;
  • Quae cum essent dicta, finem fecimus et ambulandi et disputandi.
  • Consequatur summas voluptates non modo parvo, sed per me nihilo, si potest;
Moriatur, inquit.
Teneo, inquit, finem illi videri nihil dolere.
Optime, inquam.
In qua quid est boni praeter summam voluptatem, et eam sempiternam?
Negare non possum.
Quo modo autem philosophus loquitur?
Idemne, quod iucunde?
Venit enim mihi Platonis in mentem, quem accepimus primum hic disputare solitum;
Audeo dicere, inquit.
Quis istud, quaeso, nesciebat?

Iam vero animus non esse solum, sed etiam cuiusdam modi debet esse, ut et omnis partis suas habeat incolumis et de virtutibus nulla desit. Sed quid attinet de rebus tam apertis plura requirere? Omnis enim est natura diligens sui. Attulisti aliud humanius horum recentiorum, numquam dictum ab ipso illo, quod sciam, primo utilitatis causa amicum expeti, cum autem usus accessisset, tum ipsum amari per se etiam omissa spe voluptatis. Qui-vere falsone, quaerere mittimus-dicitur oculis se privasse; Omnem vim loquendi, ut iam ante Aristoteles, in duas tributam esse partes, rhetoricam palmae, dialecticam pugni similem esse dicebat, quod latius loquerentur rhetores, dialectici autem compressius. Quod nisi ita efficitur, quae Theophrastus de fortuna, de dolore, de cruciatu corporis dixit, cum quibus coniungi vitam beatam nullo modo posse putavit, vereor, ne vera sint. Restatis igitur vos; Tibi hoc incredibile, quod beatissimum. Quae quidem omnia et innumerabilia praeterea quis est quin intellegat et eos qui fecerint dignitatis splendore ductos inmemores fuisse utilitatum suarum nosque, cum ea laudemus, nulla alla re nisi honestate duci?

Et ego: Tu vero, inquam, Piso, ut saepe alias, sic hodie ita nosse ista visus es, ut, si tui nobis potestas saepius fieret, non multum Graecis supplicandum putarem. Alteri negant quicquam esse bonum, nisi quod honestum sit, alteri plurimum se et longe longeque plurimum tribuere honestati, sed tamen et in corpore et extra esse quaedam bona. Ita prorsus, inquam; Istam voluptatem, inquit, Epicurus ignorat? Sed haec omittamus; Ego, quam ille praeponendam et magis eligendam, beatiorem hanc appello nec ullo minimo momento plus ei vitae tribuo quam Stoici. Sed si duo honesta proposita sint, alterum cum valitudine, alterum cum morbo, non esse dubium, ad utrum eorum natura nos ipsa deductura sit. Idem iste, inquam, de voluptate quid sentit? Pauca mutat vel plura sane; Et tamen quid attinet luxuriosis ullam exceptionem dari aut fingere aliquos, qui, cum luxuriose viverent, a summo philosopho non reprehenderentur eo nomine dumtaxat, cetera caverent? Utram tandem linguam nescio? Bonum integritas corporis: misera debilitas. Cur igitur easdem res, inquam, Peripateticis dicentibus verbum nullum est, quod non intellegatur? Hoc vero non videre, maximo argumento esse voluptatem illam, qua sublata neget se intellegere omnino quid sit bonum-eam autem ita persequitur: quae palato percipiatur, quae auribus; At vero Callipho et post eum Diodorus, cum is alter voluptatem adamavisset, alter vacuitatem doloris, neuter honestate carere potuit, quae est a nostris laudata maxime. Laboro autem non sine causa;

  1. Quid de Platone aut de Democrito loquar?
  2. Vulgo enim dicitur: Iucundi acti labores, nec male Euripidesconcludam, si potero, Latine;

Atque haec coniunctio confusioque.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Quodsi vultum tibi, si incessum fingeres, quo gravior viderere, non esses tui similis; Ego vero isti, inquam, permitto. Necesseque est, si quis sibi ipsi inimicus est, eum quae bona sunt mala putare, bona contra quae mala, et quae appetenda fugere, quae fugienda appetere, quae sine dubio vitae est eversio. Duo Reges: constructio interrete. Et hanc quidem primam exigam a te operam, ut audias me quae a te dicta sunt refellentem. Graece ergo praetor Athenis, id quod maluisti, te, cum ad me accedis, saluto: chaere, inquam, Tite! lictores, turma omnis chorusque: chaere, Tite! hinc hostis mi Albucius, hinc inimicus.

Quonam, inquit, modo? Quid enim est tam repugnans quam eundem dicere, quod honestum sit, solum id bonum esse, qui dicat appetitionem rerum ad vivendum accommodatarum natura profectam? Vos autem cum perspicuis dubia debeatis illustrare, dubiis perspicua conamini tollere. In enumerandis autem corporis commodis si quis praetermissam a nobis voluptatem putabit, in aliud tempus ea quaestio differatur. At hoc in eo M. Quod non faceret, si in voluptate summum bonum poneret.

Aliter enim nosmet ipsos nosse non possumus.

Sic exclusis sententiis reliquorum cum praeterea nulla esse possit, haec antiquorum valeat necesse est. Itaque multi, cum in potestate essent hostium aut tyrannorum, multi in custodia, multi in exillo dolorem suum doctrinae studiis levaverunt. Non enim actionis aut officii ratio impellit ad ea, quae secundum naturam sunt, petenda, sed ab iis et appetitio et actio commovetur. Sunt enim quasi prima elementa naturae, quibus ubertas orationis adhiberi vix potest, nec equidem eam cogito consectari. Adsint etiam formosi pueri, qui ministrent, respondeat his vestis, argentum, Corinthium, locus ipse, aedificium-hos ergo asotos bene quidem vivere aut beate numquam dixerim. Non est enim vitium in oratione solum, sed etiam in moribus. Praeteritis, inquit, gaudeo. Nam bonum ex quo appellatum sit, nescio, praepositum ex eo credo, quod praeponatur aliis. Praeclare enim Epicurus his paene verbis: Eadem, inquit, scientia confirmavit animum, ne quod aut sempiternum aut diuturnum timeret malum, quae perspexit in hoc ipso vitae spatio amicitiae praesidium esse firmissimum. Semovenda est igitur voluptas, non solum ut recta sequamini, sed etiam ut loqui deceat frugaliter. Quo modo autem philosophus loquitur? Tibi hoc incredibile, quod beatissimum. Quid affers, cur Thorius, cur Caius Postumius, cur omnium horum magister, Orata, non iucundissime vixerit? Hic ego: Pomponius quidem, inquam, noster iocari videtur, et fortasse suo iure. Quod vestri non item.

  • Omnium enim rerum principia parva sunt, sed suis progressionibus usa augentur nec sine causa;
  • Quae cum essent dicta, finem fecimus et ambulandi et disputandi.
  • Consequatur summas voluptates non modo parvo, sed per me nihilo, si potest;
Moriatur, inquit.
Teneo, inquit, finem illi videri nihil dolere.
Optime, inquam.
In qua quid est boni praeter summam voluptatem, et eam sempiternam?
Negare non possum.
Quo modo autem philosophus loquitur?
Idemne, quod iucunde?
Venit enim mihi Platonis in mentem, quem accepimus primum hic disputare solitum;
Audeo dicere, inquit.
Quis istud, quaeso, nesciebat?

Iam vero animus non esse solum, sed etiam cuiusdam modi debet esse, ut et omnis partis suas habeat incolumis et de virtutibus nulla desit. Sed quid attinet de rebus tam apertis plura requirere? Omnis enim est natura diligens sui. Attulisti aliud humanius horum recentiorum, numquam dictum ab ipso illo, quod sciam, primo utilitatis causa amicum expeti, cum autem usus accessisset, tum ipsum amari per se etiam omissa spe voluptatis. Qui-vere falsone, quaerere mittimus-dicitur oculis se privasse; Omnem vim loquendi, ut iam ante Aristoteles, in duas tributam esse partes, rhetoricam palmae, dialecticam pugni similem esse dicebat, quod latius loquerentur rhetores, dialectici autem compressius. Quod nisi ita efficitur, quae Theophrastus de fortuna, de dolore, de cruciatu corporis dixit, cum quibus coniungi vitam beatam nullo modo posse putavit, vereor, ne vera sint. Restatis igitur vos; Tibi hoc incredibile, quod beatissimum. Quae quidem omnia et innumerabilia praeterea quis est quin intellegat et eos qui fecerint dignitatis splendore ductos inmemores fuisse utilitatum suarum nosque, cum ea laudemus, nulla alla re nisi honestate duci?

Et ego: Tu vero, inquam, Piso, ut saepe alias, sic hodie ita nosse ista visus es, ut, si tui nobis potestas saepius fieret, non multum Graecis supplicandum putarem. Alteri negant quicquam esse bonum, nisi quod honestum sit, alteri plurimum se et longe longeque plurimum tribuere honestati, sed tamen et in corpore et extra esse quaedam bona. Ita prorsus, inquam; Istam voluptatem, inquit, Epicurus ignorat? Sed haec omittamus; Ego, quam ille praeponendam et magis eligendam, beatiorem hanc appello nec ullo minimo momento plus ei vitae tribuo quam Stoici. Sed si duo honesta proposita sint, alterum cum valitudine, alterum cum morbo, non esse dubium, ad utrum eorum natura nos ipsa deductura sit. Idem iste, inquam, de voluptate quid sentit? Pauca mutat vel plura sane; Et tamen quid attinet luxuriosis ullam exceptionem dari aut fingere aliquos, qui, cum luxuriose viverent, a summo philosopho non reprehenderentur eo nomine dumtaxat, cetera caverent? Utram tandem linguam nescio? Bonum integritas corporis: misera debilitas. Cur igitur easdem res, inquam, Peripateticis dicentibus verbum nullum est, quod non intellegatur? Hoc vero non videre, maximo argumento esse voluptatem illam, qua sublata neget se intellegere omnino quid sit bonum-eam autem ita persequitur: quae palato percipiatur, quae auribus; At vero Callipho et post eum Diodorus, cum is alter voluptatem adamavisset, alter vacuitatem doloris, neuter honestate carere potuit, quae est a nostris laudata maxime. Laboro autem non sine causa;

  1. Quid de Platone aut de Democrito loquar?
  2. Vulgo enim dicitur: Iucundi acti labores, nec male Euripidesconcludam, si potero, Latine;
08 Juin 2015
27 Fév 2015

À propos / About

About me Freelance Designer, Developer & Traveller

Portfolio & Description

Fusce aliquam tincidunt hendrerit. Nunc tincidunt id velit sit amet vestibulum. In venenatis tempus odio ut dictum. Curabitur ac nisl molestie, facilisis nibh ac, facilisis ligula. Integer congue malesuada eros congue varius. Sed malesuada dolor eget velit euismod pretium. Etiam porttitor finibus pretium. Nam suscipit vel ligula at dharetra.

Integer sed tincidunt dui. Cras tincidunt at risus vitae ultrices. Sed at placerat diam. Nam ornare feugiat blandit. Suspendisse potenti. Nam et finibus elit. Integer ac turpis quam. Pellentesque eleifend ipsum a magna rhoncus, eu laoreet ipsum dapibus. Curabitur ac nisl molestie, facilisis nibh ac, facilisis ligula. Integer congue malesuada eros congue varius. Sed malesuada dolor eget velit euismod pretium.

Projects % 55 In Process % 60 Completed % 80 Undertaken % 50 Coffee % 65 More of my work Design, Illustration, Photography & Other Creative Work

Integer sed tincidunt dui. Cras tincidunt at risus vitae ultrices. Sed at placerat diam. Nam ornare feugiat blandit. Suspendisse potenti. Nam et finibus elit. Integer ac turpis quam. Pellentesque eleifend ipsum a magna rhoncus, eu laoreet ipsum dapibus.

60 -1 Kinetika theme is packed with creative features

Integer sed tincidunt dui. Cras tincidunt at risus vitae ultrices. Sed at placerat diam. Nam ornare feugiat blandit. Suspendisse potenti.

Contact #

16 Sep 2014
Clouds, Brumes, Rice fields, Yuanyang

Yunnan Terre de Chine

Clouds, Yunnan, ChinaLe Yunnan Terre de Chine, 25 jours à découvrir le sud des nuages.

 

Le Yunnan (云南, « Sud des nuages ») est une province du sud-ouest de la Chine.

Frontalier du Vietnam, du Laos et du Myanmar (ex Birmanie), il regroupe des populations de diverses appartenances ethniques (25 minorités nationales), avec une diversité des langues liées aux ethnies, en plus du mandarin officiel, une bonne raison d’y faire un voyage!

Le Yunnan reste peu avancé sur le plan économique, malgré le développement du tourisme, abonde en ressources naturelles, que les habitants s’empressent de polluer malheureusement.

Il possède des paysages d’une très grande diversité, séparé des plateaux arides du Tibet au nord jusqu’aux forêts tropicales du Xishuangbanna. Province essentiellement agricole, dotée de terres très fertiles (la terre y est rouge) et d’un climat généralement clément, le Yunnan exporte une très grande variété de fruits et légumes. Les champs sont généralement de petite taille et la culture peu mécanisée. La culture du tabac y est développée, coincée entre celle du maïs, et celle du riz, implantée dans des rizières en plaine ou en étages, à flanc des montagnes.

Le Yunnan se distingue par une grande diversité ethnique et culturelle. Les Han représentent plus de 60 % de la population, de nombreuses autres nationalités sont présentes dans la province. Elles ont parfois des particularités marquées, ainsi les Naxi, possèdent une langue et une écriture propres. Les Mosuo et les Aini ont une structure sociale matriarcale.

Lors du rattachement du Tibet à la République populaire de Chine, une large partie des plateaux tibétains a été rattachée au Yunnan, et avec eux une population de 120 000 Tibétains (minorité zang).

Xianggelila, la culture tibétaine est importante: monastères, écoles et médecins bouddhistes, élevage du yak pour sa viande, son lait (utilisé avec le thé), ses poils (confections d’étoffes), ses cornes (corne de musique, baguettes…), langue et écriture tibétaine.

Dans le Sud du Yunnan, à Xishuangbanna, près de 75 % de la population est de la minorité dai, d’origine thaïlandaise.

Un voyage difficile, de part la difficulté à communiquer, une vision de l’environnement qui est absente, et des conditions d’hygiène surprenantes… Une galerie de portraits, témoignage de rencontres éphémères, qui remplissent de leur présence, les jours passés à sillonner cette province de Chine.

Yunnan Terre de Chine, le tour en photos.

Kunming, la capitale, est située dans une cuvette à environ 2 000 m d’altitude, et entourée de rizières en étages. On la surnomme la « Ville du printemps éternel », notamment en raison du lac qui régule sa température. C’est la seule métropole du Yunnan, très bruyante au demeurant,  les autres villes étant peu peuplées et relativement plus calmes.

Shilin, la forêt de pierres, où l’on peut se promener dans des formations naturelles vertigineuses, malheureusement, un parc bien bondé de touristes.

La jolie ville traditionnelle de Jianshui au sud de Kunming, qui vit paisiblement au rythme du passé.

Yuangyang, China, Yunnan, Earth, Clouds, Sunset, PanoEncore plus au Sud, les superbes rizières en terrasses de Yuanyang et ses marchés colorés de la minorité Yi et Hani, les paysages brumeux, et les nuages colorés par le soleil couchant.

Le Xishuangbanna, région bordant le Myanmar et le Laos. Le climat y est tropical, les cocotiers, bananiers et le Mékong rappellent l’Asie du Sud-Est. On peut y visiter un parc botanique à Menglun, ouvert au public, un parc abritant une forêt tropicale primaire.

La ville de Dali (大理), capitale historique d’une des minorités Bai, avec ses trois pagodes (les « tours » de Dali), son temple bouddhiste surplombant la ville et sa ville ancienne, une succession de boutiques… Les Bai sont majoritaires, vêtus de costumes composés de blanc et d’autres couleurs selon les branches de la culture bai.

Shuanglang, petite bourgade balnéaire pleine de charme au bord du lac Erhai.

Lijiang ,  une cité ancienne, à la culture dongba des Naxi, qui a su conservé son charme. Dans le district de Lijiang, la culture dongba des Naxi est très présente.

Shangri-la, région de haute montagne et touristique, à quelques kilomètres du plateau tibétain, à la frontière de la province du Tibet, et des districts de Zhongdian, Deqin et Lijiang et des impressionnantes Gorges du Saut du tigre.Tiger Leaping Gorge, Yunnan

Plusieurs fleuves importants traversent le Yunnan dont le Yangzi Jiang, le Mékong, le fleuve Rouge  et la Salouen.

 

17 Juin 2014
Samuel Bastien

Un dimanche chez Samuel Bastien

Un dimanche chez Samuel Bastien

Samuel Bastien, PortraitL’an dernier, j’avais eu le privilège de côtoyer  Samuel Bastien, Notable connu de la ville d’Alès, capitale des Cévennes.

Après 12 mois d’attente, cet Homme très pris m’a invité (enfin…) dans sa demeure à passer Un Dimanche chez les Bastien.  Les temps ont changé, et loin du faste, j’ai fait la connaissance d’un Homme simple, proche de son terroir, amateur de bonne chère, fin palais, et surtout maître queux.

Le raffinement des plats a permis de tester différents breuvages tous plus vites absorbés, en dépit des efforts de sa mie pour épancher l’Homme. Remercions au passage Dame Bastien, complice de chaque instant, sachant être à l’écoute et au service de son époux.

Certes, passer un dimanche chez les Bastien, ne vous fera pas rire aux éclats. L’Homme est renfermé, attentif à ce que ses convives ne manquent de rien, mais il y une sorte de distance que Samuel Bastien garde avec vous.

Il faut avouer que nous étions tendus, concentrés que nous étions, à trouver une idée. Certains se sont posés la question de savoir ce que nous avions pu faire. La réponse est ici.

Un grand merci à Samuel, et à Cécile pour cet excellent moment.

10 Juin 2014
Man, Smile, B&W, Japan, Série Noire

Série Noire

Série Noire ou le Noir et Blanc à l’honneur.

Portrait, Homme, Noir et blanc, Série NoireJe trouve que je ne fais pas assez de Noir et Blanc. Du vrai, du Noir, du Blanc et toute la gamme des Gris (et pas que cette gamme là…). Cette Série Noire, c’est le reflet des portraits que je fais, travaillés pour la densité qu’exige le Noir et Blanc.

Je voulais faire une série, homogène, dense, ténébreuse, charbonneuse. Pour peu que l’on s’y attarde, trouvé l’éclat que la personne a, derrière cet océan de sombre. Etre touché par la richesse des émotions que certaines personnes sont à même de laisser passer.

Le titre de ce portfolio fait référence à la Série noire du même nom.

En souhaitant que ces photographies vous interrogent, vous touchent.

Une publication dans le magazine L’Oeil de la Photographie, dans le site Upsocl, une autre dans Portrait ou Paysage

En 1948, Marcel Duhamel écrivit ce qui restera longtemps « le manifeste de la « Série noire » ». Après plus de soixante ans, ce texte reste d’une rare actualité.

Que le lecteur non prévenu se méfie : les volumes de la « Série noire » ne peuvent pas sans danger être mis entre toutes les mains(…). L’optimiste systématique non plus (…). Comme dans les bons films, les états d’âmes se traduisent par des gestes, et les lecteurs friands de littérature introspective devront se livrer à la gymnastique inverse. Il y a aussi de l’amour — préférablement bestial — de la passion désordonnée, de la haine sans merci, tous les sentiments qui, dans une société policée, ne sont censés avoir cours que tout à fait exceptionnellement, mais qui sont parfois exprimés dans une langue fort peu académique mais où domine toujours, rose ou noir, l’humour.

À l’amateur de sensations fortes, je conseille donc vivement la réconfortante lecture de ces ouvrages, dût-il me traîner dans la boue après coup. En choisissant au hasard, il tombera vraisemblablement sur une nuit blanche.

 

25 Mai 2014

Urbex d’une usine

Urbex d’une usine, traces photographiques.

Urbex d'une usineAu sein d’une usine désaffectée, une balade Urbex réalisée en Avril 2013, Rice grains, des bâtiments avec de beaux volumes, qui heureusement ne sont pas saccagés, et qui permettent d’essayer d’imaginer le travail qui s’y est faisait autrefois, autour du riz. Les bâtiments ont été construit dans les années 1930.

Des dalles en béton avec des trous béants dans leur plancher, du métal rouillé, du bois, du caoutchouc, des affiches de consignes de sécurité pour les ouvriers, des écorces de riz jonchant le sol ici et là, et le sentiment d’avoir fait un saut dans le passé grâce à cet Urbex…

Pendant la seconde guerre mondiale, à partir de  1942, la marine allemande a fait également de l’un des bâtiments de la rizerie son état-major.

 N’emportez rien que des photos, ne laissez que des traces de pas, la devise de l’Urbex qui doit être vraiment respectée, pour avoir la chance de pouvoir voir des lieux comme celui-ci!

13 Mai 2014
Icelandic home, evening, moon

Iceland in Winter

Iceland in Winter, beauté et rudesse d’un pays en hiver.

Iceland in WinterL’idée de partir en Islande me trottait depuis un dizaine d’années. L’opportunité s’est présentée cet hiver, l’envie de voir une aurore boréale a f’ait le reste. Pour autant, je ne pensais pas que le pays serait aussi inhospitalier en cette période de l’année… Le froid n’est pas particulièrement vif,  mais la neige, bien présente sur la route N1, la grêle, le vent à 80 kms/h, et autres difficultés, compliquent sérieusement la possibilité de se déplacer.

Iceland in Winter retrace une semaine de voyage, d’Ouest en Est, par la côte Sud. Une météo qui s’améliorera juste une après-midi, ce qui permettra de voir l’espace d’un quart d’heure, une northern light ou aurora boréalis. Rien que cela, les 2000 kms parcourus sur la neige et la glace sont presque une formalité 😉 .
Une aurore boréale dans l’hémisphère nord (australe dans l’hémisphère sud) est un phénomène lumineux caractérisé par des voiles extrêmement colorés dans le ciel nocturne, le vert étant prédominant.
Provoquées par l’interaction entre les particules chargées du vent solaire et la haute atmosphère, les aurores se produisent principalement dans les régions proches des pôles magnétiques, dans une zone annulaire justement appelée « zone aurorale » (entre 65 et 75° de latitude). Les régions les plus concernées par ce phénomène restent le Groenland, la Laponie, l’Alaska, l’Antarctique, le nord du Canada et l’Islande.