Sorry...
logo
logo

Tag : Portraits

22 Déc 2020

Before and After in Myingyan II.

Before and After in Myingyan II.

Une nouvelle série pour vous montrer un peu l\’envers du décor, entre le rendu de la photographie finie et l\’instant d\’avant ou d\’après. Juste vous montrer combien la photographie est l\’art de l\\’instant, du millième de seconde. Il vous suffit de faire glisser le curseur du milieu pour découvrir la scène qui suit ou précède.

Cette photographie est issue de ce portfolio, Bagan & Myingyan

 

beforeafter
07 Déc 2020

Jade Market

Jade Market est un endroit incroyable à Mandalay. Un endroit où vous découvrez dans une effervescence incroyable, l’habilité et la décontraction des artisans, la concentration des acheteurs, qui examinent la qualité des pierres sous leur lampe. Naturellement entre les acheteurs, les badauds, les artisans, vous aurez toujours une mini ville pour alimenter tout ce beau monde.

Le marché aux jades se situe en plein Mandalay, vous vous sentez sur une autre planète, là où les normes de sécurité feraient se dresser les cheveux sur la tête à beaucoup d’organismes du même nom…

Très peu de touristes dans ce marché, qui traite la richesse du sol Birman chaque jour.

Le lien vers le portfolio: Jade Market

07 Déc 2020

Mandalay Railway Station

Au Myanmar, il suffit de visiter une station pour voyager. A travers la fenêtre d’un train, c’est un monde qui s’ouvre à vous, un monde de voyageurs journaliers.

Une série de portraits réalisée en attendant que le train reparte, dans la gare de Mandalay.

Située sur les bords de l’Irrawaddy , Mandalay est la deuxième plus grande ville de la Birmanie. Le fleuve Irrawaddy, artère historique majeure, reste importante pour le transport des produits agricoles tels que le riz et les légumineuses, l’huile, le bambou, le teck et les poteries.

Traditionnellement, Mandalay est un bastion ethnique et culturel birman, mais un afflux massif de Chinois au cours des 20 dernières années a expulsé les Birmans de son centre.

Mandalay Railway Station est un nœud ferroviaire important : située à l’extrémité de la ligne de Rangoun, elle est le point de départ de branches vers Pyin U Lwin (Maymyo), Lashio, Monywa, Pakokku, Kalaymyo, Gangaw, et, vers le nord, Shwebo, Kawlin, Naba, Kanbalu, Mohnyin, Hopin, Mogaung et Myitkyina.

Voici le lien vers ce portfolio: Mandalay Railway Station

09 Nov 2020

Apparence(s)

Apparence(s), diptyque sur les personnes tatouées

Il y a longtemps que je souhaitais réaliser cette série photographique , loin des préjugés archaïques, juste le souffle coupé par la beauté des courbes dessinées sur d’autres courbes, une mise en valeur de ce qui est personnel et qui est souvent enfoui.

Le lien vers le portfolio: Apparence(s)

Ce qui apparaît au-dehors. Ce qui paraît extérieurement. Ce qui se voit au premier abord, en surface, une représentation, comme une vraisemblance, une probabilité. Autant qu’on peut en juger d’après ce qui paraît extérieurement, assimiler la réalité à l’apparence.

La société veut sauver, ménager les apparences, faire en sorte qu’il ne paraisse rien au dehors qui puisse être blâmé ou condamné. Quitte à être sous de fausses apparences.

Mais il ne faut pas se fier au(x) apparence(s). Elles sont trompeuses. Remplies de faux-semblants. Il faut les défier, comme une (légère) apparence de liberté, d‘espoir.

Les sacrifier, se moquer du qu’en dira-t-on.

Loin de cette conformation, il y a ce qui est caché.

Il reste alors cette apparence de beauté  à ces Femmes, à ces Hommes…  

31 Oct 2020

Before and After in Myingyan

Before and After in Myingyan.

J\’inaugure une série pour vous montrer un peu l\’envers du décor, entre le rendu de la photographie finie et l\’instant d\’avant ou d\’après. Juste vous montrer combien la photographie est l\’art de l\’instant, du millième de seconde. Il vous suffit de faire glisser le curseur du milieu pour découvrir la scène qui suit ou précède.

Cette photographie est issue de ce portfolio, Bagan & Myingyan

beforeafter

13 Sep 2016

Pics Of The Day

Pics Of The Day

15 Juin 2015

Portrait(s)

C’est dans le cadre de ce rendez-vous photographique, qu’à eu lieu le concours photo FLASH-EXPO de la ville de Vichy qui m’a permis d’avoir le Prix du Public et d’exposer à la galerie du centre culturel Valery Larbaud.

Je ne peux que vous inciter à découvrir cette manifestation.

Portrait(s), Rendez-vous photographique du 12 juin au 6 septembre 2015affiche-Portraits-3

La ville de Vichy se met à l’heure de la photographie pour la troisième année consécutive avec « Portrait(s) ». La manifestation, qui se tient du 12 juin au 6 septembre, est la seule en France à être centrée exclusivement sur l’art du portrait. Elle présente une pluralité de visions, célèbre toutes les formes de portraits, les plus classiques comme les plus inattendues. Elle s’appuie sur la tradition documentaire mais aussi sur des dispositifs plus conceptuels ou fictionnels, offrant un bouquet d’expositions à la fois exigeantes et grand public.

Le rendez-vous photographique « Portrait(s) » est une manifestation internationale qui se tient simultanément en centre-ville, dans l’espace des galeries du Centre Culturel Valery-Larbaud, et à ciel ouvert, devant l’église Saint-Louis ou encore sur l’esplanade du lac de l’Allier. C’est donc une vraie déambulation photographique que propose la ville avec ce festival qui met en lumière à la fois des découvertes et des redécouvertes, des oeuvres de photographes reconnus et des photographies d’artistes plus jeunes. Sous le soleil estival, les promeneurs sont conviés à une flânerie ponctuée d’images, où l’on reconnaît tantôt les traits de visages célèbres tantôt ceux de visages anonymes qui pourraient être nos proches.

Depuis 2014, le festival Portrait(s) confirme également son engagement auprès de la photographie contemporaine en offrant une résidence à un artiste. Cette année c’est le photographe Turc Yusuf Sevinçli qui a arpenté un mois durant la ville et posé un regard plein d’humanité sur ses habitants.

La troisième édition de « Portrait(s) » réunit onze artistes.
Dans les galeries du Centre Culturel Valery-Larbaud, construit au début du siècle dernier, sont présentés Martin Schoeller, Bruce Wrighton, Alejandro Cartagena, Richard Pak, Kourtney Roy, Mat Jacob, l’Une et l’Autre.

L’Allemand Martin Schoeller réalise des portraits cadrés très serrés de jumeaux et face à ces visages en miroir, offrant de spectaculaires ressemblances, soulève la question de ce qui fonde l’individu et son identité.

L’Américain Bruce Wrighton a réinventé la street photography dans les années 80 avec ses portraits à la chambre 20X25 des gens modestes de Binghamton, une ville de l’Etat de New York où il vivait jusqu’à ce qu’il disparaisse prématurément à 38 ans, en 1988.

Le Français Richard Pak est allé chercher l’émotion dans les foules des concerts de rock, guettant dans les visages des fans recadrés au plus près ces manifestations de ferveur, de fièvre ou de stupeur qui sont proches de l’extase ou de la transe.

Le Dominicain Alejandro Cartagena dresse le portrait social et urbain de Mexico à travers une étonnante série de photos représentant des ouvriers mexicains qui se rendent chaque jour au travail, travailleurs invisibles parqués comme du bétail à l’arrière de pick-ups hauts en couleurs.

Kourtney Roy, jeune Canadienne établie à Paris, a imposé depuis quelques années sa haute silhouette dans des autoportraits qui manient autant le glamour que l’autodérision.

Mat Jacob, Français lui aussi, a parcouru la Chine, le Mexique, la Russie, la Birmanie, la Cisjordanie, dressant une cartographie discrète et sensible de la planète et de ses habitants.

L’exposition L’Une et l’Autre présente un extrait de la collection des « Carnets de route », série de récits photographiques élaborés dans les ateliers 100 Voix ! ouverts aux victimes de l’exclusion et résidentes dans les structures d’accueil de l’association Aurore.

Sur l’esplanade du Lac de l’Allier, les promeneurs peuvent découvrir une exposition de l’Américain Elliott Erwitt. Cette figure mythique de l’agence Magnum présente une soixantaine de portraits tendres et espiègles, réalisés des années quarante à nos jours.

Place Saint-Louis, ce sont les photos des Vichyssois, fruits d’une commande passée à Yusuf Sevinçli qui sont exposés. Ce photographe, familier des territoires urbains, a multiplié les rencontres au cours de son séjour à Vichy en mars dernier, prenant le temps de parler à chacun, créant un lien qui donne à chaque portrait une dimension à la fois intime et universelle.

08 Juin 2015
16 Sep 2014
Clouds, Brumes, Rice fields, Yuanyang

Yunnan Terre de Chine

Clouds, Yunnan, ChinaLe Yunnan Terre de Chine, 25 jours à découvrir le sud des nuages.

 

Le Yunnan (云南, « Sud des nuages ») est une province du sud-ouest de la Chine.

Frontalier du Vietnam, du Laos et du Myanmar (ex Birmanie), il regroupe des populations de diverses appartenances ethniques (25 minorités nationales), avec une diversité des langues liées aux ethnies, en plus du mandarin officiel, une bonne raison d’y faire un voyage!

Le Yunnan reste peu avancé sur le plan économique, malgré le développement du tourisme, abonde en ressources naturelles, que les habitants s’empressent de polluer malheureusement.

Il possède des paysages d’une très grande diversité, séparé des plateaux arides du Tibet au nord jusqu’aux forêts tropicales du Xishuangbanna. Province essentiellement agricole, dotée de terres très fertiles (la terre y est rouge) et d’un climat généralement clément, le Yunnan exporte une très grande variété de fruits et légumes. Les champs sont généralement de petite taille et la culture peu mécanisée. La culture du tabac y est développée, coincée entre celle du maïs, et celle du riz, implantée dans des rizières en plaine ou en étages, à flanc des montagnes.

Le Yunnan se distingue par une grande diversité ethnique et culturelle. Les Han représentent plus de 60 % de la population, de nombreuses autres nationalités sont présentes dans la province. Elles ont parfois des particularités marquées, ainsi les Naxi, possèdent une langue et une écriture propres. Les Mosuo et les Aini ont une structure sociale matriarcale.

Lors du rattachement du Tibet à la République populaire de Chine, une large partie des plateaux tibétains a été rattachée au Yunnan, et avec eux une population de 120 000 Tibétains (minorité zang).

Xianggelila, la culture tibétaine est importante: monastères, écoles et médecins bouddhistes, élevage du yak pour sa viande, son lait (utilisé avec le thé), ses poils (confections d’étoffes), ses cornes (corne de musique, baguettes…), langue et écriture tibétaine.

Dans le Sud du Yunnan, à Xishuangbanna, près de 75 % de la population est de la minorité dai, d’origine thaïlandaise.

Un voyage difficile, de part la difficulté à communiquer, une vision de l’environnement qui est absente, et des conditions d’hygiène surprenantes… Une galerie de portraits, témoignage de rencontres éphémères, qui remplissent de leur présence, les jours passés à sillonner cette province de Chine.

Yunnan Terre de Chine, le tour en photos.

Kunming, la capitale, est située dans une cuvette à environ 2 000 m d’altitude, et entourée de rizières en étages. On la surnomme la « Ville du printemps éternel », notamment en raison du lac qui régule sa température. C’est la seule métropole du Yunnan, très bruyante au demeurant,  les autres villes étant peu peuplées et relativement plus calmes.

Shilin, la forêt de pierres, où l’on peut se promener dans des formations naturelles vertigineuses, malheureusement, un parc bien bondé de touristes.

La jolie ville traditionnelle de Jianshui au sud de Kunming, qui vit paisiblement au rythme du passé.

Yuangyang, China, Yunnan, Earth, Clouds, Sunset, PanoEncore plus au Sud, les superbes rizières en terrasses de Yuanyang et ses marchés colorés de la minorité Yi et Hani, les paysages brumeux, et les nuages colorés par le soleil couchant.

Le Xishuangbanna, région bordant le Myanmar et le Laos. Le climat y est tropical, les cocotiers, bananiers et le Mékong rappellent l’Asie du Sud-Est. On peut y visiter un parc botanique à Menglun, ouvert au public, un parc abritant une forêt tropicale primaire.

La ville de Dali (大理), capitale historique d’une des minorités Bai, avec ses trois pagodes (les « tours » de Dali), son temple bouddhiste surplombant la ville et sa ville ancienne, une succession de boutiques… Les Bai sont majoritaires, vêtus de costumes composés de blanc et d’autres couleurs selon les branches de la culture bai.

Shuanglang, petite bourgade balnéaire pleine de charme au bord du lac Erhai.

Lijiang ,  une cité ancienne, à la culture dongba des Naxi, qui a su conservé son charme. Dans le district de Lijiang, la culture dongba des Naxi est très présente.

Shangri-la, région de haute montagne et touristique, à quelques kilomètres du plateau tibétain, à la frontière de la province du Tibet, et des districts de Zhongdian, Deqin et Lijiang et des impressionnantes Gorges du Saut du tigre.Tiger Leaping Gorge, Yunnan

Plusieurs fleuves importants traversent le Yunnan dont le Yangzi Jiang, le Mékong, le fleuve Rouge  et la Salouen.

 

17 Juin 2014
Samuel Bastien

Un dimanche chez Samuel Bastien

Un dimanche chez Samuel Bastien

Samuel Bastien, PortraitL’an dernier, j’avais eu le privilège de côtoyer  Samuel Bastien, Notable connu de la ville d’Alès, capitale des Cévennes.

Après 12 mois d’attente, cet Homme très pris m’a invité (enfin…) dans sa demeure à passer Un Dimanche chez les Bastien.  Les temps ont changé, et loin du faste, j’ai fait la connaissance d’un Homme simple, proche de son terroir, amateur de bonne chère, fin palais, et surtout maître queux.

Le raffinement des plats a permis de tester différents breuvages tous plus vites absorbés, en dépit des efforts de sa mie pour épancher l’Homme. Remercions au passage Dame Bastien, complice de chaque instant, sachant être à l’écoute et au service de son époux.

Certes, passer un dimanche chez les Bastien, ne vous fera pas rire aux éclats. L’Homme est renfermé, attentif à ce que ses convives ne manquent de rien, mais il y une sorte de distance que Samuel Bastien garde avec vous.

Il faut avouer que nous étions tendus, concentrés que nous étions, à trouver une idée. Certains se sont posés la question de savoir ce que nous avions pu faire. La réponse est ici.

Un grand merci à Samuel, et à Cécile pour cet excellent moment.