Sorry...
logo
logo

Tag : Japan

04 Déc 2013

Hakone et son lac

Hakone, un splendide lac et la vue sur le mont Fuji.

Hakone SunsetHakone (箱根町) est un bourg du Japon, situé dans la préfecture de Kanagawa.
Un funitel permet de voir les exploitations de souffre mais aussi de découvrir une première fois le Mont Fuji, avant d’apercevoir le lac Ashi.

Le parc national de Fuji-Hakone-Izu, volcaniquement actif, centré autour du lac, est une attraction touristique connue du public pour ses Onsens et ses vues du mont Fuji. Les vues incluent la « grande vallée bouillante » et le sanctuaire, niché sur la rive du lac. On y fait un croisière bien sympathique, avec la lumière qui baigne les berges. Moments de répit.

 

 

03 Déc 2013

Hakodate

Hakodate, l’accès pour l’île d’Hokkaido.

Hakodate Railway StationHakodate (函館市) est la troisième ville de l’île de Hokkaido, derrière Sapporo et Asahikawa. La ville a pendant longtemps été l’unique porte d’entrée pour accéder à Hokkaido principalement en tant que port de marchandise et de passager.

La ville est dominée par le mont du même nom, une montagne recouverte de forêts. Le sommet de celle-ci peut être atteint facilement grâce à un téléphérique. La vue sur Hakodate surtout la nuit est renommée dans tout le Japon comme étant l’une des plus belles du pays.

Hakodate est encore aujourd’hui un lieu stratégique. La ville fait face au détroit de Tsugaru et est devenu un passage majeur entre les îles de Honshū et Hokkaidō. En 1873, une ligne maritime régulière est ainsi crée entre Hokkaido et Aomori.

 

 

06 Août 2013

Hiroshima une vie après…

Hiroshima, 6 Août 1945.

Hiroshima The Bomb AHiroshima, est une ville du Japon sur l’île de Honshū. Le 6 août 1945, la ville est devenue la cible du premier bombardement atomique.

En 1945, l’armée Américaine avait retenu six objectifs, en ayant éliminé bien d’autres : Kokura, Hiroshima, Nagasaki,  Niigata, Kyoto et Yokohama.

Le 6 août 1945 à 8h15,  Little Boy est larguée à 9000 m. Les conditions météorologiques sont très bonnes au-dessus de Hiroshima, idéales pour une observation, la bombe explose à 587 mètres du sol, à la verticale de l’hôpital Shima situé au cœur de l’agglomération.

L’explosion rase instantanément la ville,  75 000 personnes sont tuées sur le coup, dont un tiers de militaires. Dans les semaines, plus de 50 000 personnes supplémentaires meurent. Le nombre total de morts reste imprécis ; il est de l’ordre de 250 000. Il ne resta aucune trace des habitants situés à moins de 500 mètres du lieu de l’explosion.

Au retour, les aviateurs des B29 verront pendant 500 kilomètres le champignon qui a atteint 10 000 mètres d’altitude, en deux minutes. On les décore à leur retour.

 

Remember Sadako SasakiUne enfant, Sadako Sasaki, apprendra la légende des 1000 grues. Selon celle-ci, quiconque confectionne mille grues en origami, voit un vœu exaucé. Sadako s’attaqua à cette tâche, espérant que les mille grues pliées, lui permettraient de guérir.

Elle confectionna au total 644 grues de papier. Ses amis, sa classe finirent le travail. Chaque année, depuis, les enfants du monde entier plient 1000 grues, symbole de paix, et les posent au pied de la statue de Sakado.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sadako_Sasaki

Hiroshima fut entièrement reconstruite après la guerre. Une volonté de rebâtir, et de ne pas laisser une terre rase, témoin de l’atrocité.  En guise de témoignage, les ruines du Genbaku Dome, l’un des seuls bâtiments à ne pas avoir été entièrement détruits par l’explosion, furent conservées.

La reconstruction de la ville intègre un Musée de la Paix.

Le visiter, c’est mesurer l’horreur indicible de cette décision. C’est découvrir les actions des différents gouvernements, qui sont coupables de bien d’atrocités chacun de leur côté. C’est voir des habits, des montres, la trace de personnes assises sur des pierres.

Le Parc du Mémorial de la Paix, à proximité de l’hypocentre de l’explosion, dans lequel chaque année, une cérémonie est organisée.  Une flamme de la paix y brûle, destinée à rester allumée tant que des armes nucléaires existeront.

Trois jour plus tard, Nagasaki, sera le terrain d’une nouvelle expérimentation, avec une bombe de technologie différente.

 

22 Juin 2013
Motosu, Lake, Mt Fuji-san, Japan, Made in Japan, André Alessio, Graphylight

Le Mont Fuji-san

Fuji-san, la beauté d’un volcan

Sunset for Fuji-sanLe mont Fuji (富士山, fuji-san) , 3 776 mètres d’altitude, est le point culminant du Japon. Situé au centre du Japon,  sur la côte Sud de l’île de Honshū, au sud-ouest de l’agglomération de Tokyo. Un volcan dont la dernière éruption remonte à 1708. Le mont Fuji est une destination extrêmement populaire, en particulier pour les Japonais, qu’ils soient shintoïstes ou bouddhistes, en raison de sa forme caractéristique et du symbolisme religieux traditionnel qu’il représente. L’ascension peut prendre entre trois et huit heures et la descente entre deux et cinq heures.

Il est bordé au nord par les cinq lacs Fujigoko : le lac Motosu, le lac Shōji, le lac Sai, le lac Kawaguchi et le lac Yamanaka.

J’ai photographié deux lacs, le lac Shoji et le lac Motosu. Le premier lac m’a permis de découvrir un très vieux pick-up, avec des squelettes de poissons à l’intérieur. J’ai juste oublié que le dépliant n’était absolument pas à l’échelle, et j’ai compris bien plus tard, pourquoi le chauffeur de bus était hilare quand il m’a déposé, seul à l’avant dernier lac.Mais bon, c’était tellement beau, tellement paisible que j’ai fini à pied, après le coucher de soleil, à revenir de nuit au milieu de la forêt, avec un grand sourire… Un Japonais a eu la gentillesse de me prendre pour les 17 derniers kilomètres…Inside Truck

Le motif du Motosu-ko et du Mont Fuji qui figure sur les anciens billets de 5 000 yens est une vue prise de ce lac par le photographe Kōyō Okada. Le lac Motosu (本栖湖, Motosu-ko) est l’un des cinq lacs bordant le Mont Fuji, dans la préfecture de Yamanashi. Avec un abysse de 138 mètres, c’est le neuvième lac le plus profond du Japon. Le plus profond des Cinq Lacs offre, de sa rive nord une vue exceptionnelle sur le mont Fuji, celle représentée sur les nouveaux billets de 1 000 yens.

Personnellement, j’y ai réalisé des poses longues, avant qu’un pêcheur ne vienne compléter le tableau. Nous avons discuté un peu et la suite est en image 🙂

 

06 Juin 2013

Kamikawa, Hokkaido

Kamikawa, Hokkaido

Kamikawa ReflectionsKamikawa, c’est au centre de la région de l’Hokkaido, au nord-est du Japon, région proche de la Russie. Une des dernières villes à l’est de Sapporo, terminus dans une gare pour moi, avec la neige comme compagne, et une nuit installée à 16h30… Moi qui voulait voir les grands espaces, j’ai été bon pour discuter avec le patron d’un minuscule restaurant, autour d’un bol fumant de ramen, dans un anglais, trés difficile. Un trajet en train, avec un conducteur de train qui arrive à son poste de pilotage avec sa manette, des passagers paisibles, comme s’ils savaient qu’ils allaient au bout du monde, et une gare.

25 Mai 2013
25 Mai 2013

Made in Japan

Made in Japan, reportage photographique au Japon

La série  Made in Japan, rapportée de mon voyage itinérant, à l’automne 2010, apporte un regard nouveau sur le pays du soleil levant, que j’essaye de transmettre avec émotion.

Côté technique, un Pentax K5, j’ai une préférence pour les ultra-grands angles, essentiellement le Sigma 10-20 mm, ayant longtemps immortalisé des paysages avant de passer au portrait. Les poses longues permettent de donner un côté irréel au temps qui passe, figé et qui s’écoule en même temps. Le relief est mis en valeur par le HDR.

J’ai choisi d’avoir une approche humaine différente, m’attachant à communiquer longuement avec les gens que je photographie. Cela m’a permis d’avoir de vrais moments privilégiés avec des personnalités très différentes et d’avoir une complicité au moment de la photo, j’aime que cela soit un moment partagé, et non volé.

Ce voyage a été un vrai choc émotionnel tant au niveau des rencontres, de la gentillesse des gens, que des lieux, surprenants de beauté et de quiétude. Enfin, j’aime aussi le côté sombre dans la photographie, qui oblige à s’attarder sur ce que l’on voit, afin de découvrir les détails.

Ce reportage photographique a obtenu le premier prix du Festival Supernova de Montpellier en Mai 2011, et le troisième prix du Jury du concours «Messages pour la Terre » en 2011.